[BLOG] Too often considered as a go-to solution… I would advise caution.

oxytocinblog

 

🇬🇧 Read in English 🇫🇷 Lire en Français

A long long time ago, in a country far away now…

I don’t keep good memories of my nights at the emergency veterinary clinic. You know that a case can show up any minute. When you give sleeping a try, you wake up frequently, wondering if you did not hear somebody ringing at the front door. And when you finally fall asleep, those consultations start showing up also in your dreams… No doubt that the job is important, but believe me, the associated stress is real.

And it happened in the middle of one of those scattered sleeps. The doorbell rang heavily and woke me up from this weird state I was floating into. I checked the clock : 2am. A quick stretch to get myself straight, I jumped into my scrub that was hanging right next to me and in a heartbeat I was back on the clinic floor. Ready to help the couple I could see via the surveillance camera waiting at the front door. It was a cold winter night, but they were not wearing any kind of coat. They must have come in a hurry, and the answer might have been in this carrier I could see they were holding.

« It’s an emergency, our dog has a problem, they said when I spoke to them over the comm. » I could feel in their voice that they were stressed a lot.

I let them in and directed them to the consultation room. From the carrier emerged a small Yorkshire terrier bitch. I assumed it was a bitch because well, a quick glance at her belly made me suspect « she » was pregnant.

«  So tell me guys, what’s happening ? »

They looked at each other briefly and the man started explaining me the situation.

«  I think she has difficulties delivering her puppies. We think we saw some contractions during the afternoon but to tell you the truth, we are not really sure. This is the first time we face this… »

I nodded, telling them I understood. Always hard to know for sure what to expect when it comes to canine parturition in my opinion, and if they never experienced this situation before, well, i was not surprised that they were a bit uncertain on what was going on.

While I was looking for a glove, I took a look at the genital area of the bitch… and automatically stopped in motion. Something was terribly wrong here, from what I could guess behind the dog’s tail, the shape of the vulva was just not… right ?!?! It was looking swollen… and abnormally pink ?!?!? I blinked my eyes twice (maybe I wasn’t fully awake… or maybe I was still in one of those dreams I mentioned earlier). But no. I was wide awake. And no doubt : something was definitely wrong there !

The owners might not have noticed the change of expression on my face because they kept talking.

«  We were so worried we called a friend… He gave us this… and told us to give her 1cc subcutaneously. It was supposed to help but apparently it did nothing… »

I turned back to them, still puzzled about what I just observed. In their hands, they were holding a small vial that I was way too familiar with not to immediately recognize. Things automatically became crystal clear, as soon as I could see those small characters : O.X.Y.T.O.C.I.N. What I saw was probably NOT the vulva. But there were unfortunately good chances that it was « something » belonging to a puppy. Probably an internal organ…

Quick explanation : oxytocin is a hormone that plays a role in uterine contractions at the time of parturition. It is something that we veterinarians have in our therapeutic arsenal when it comes to obstetrics. I still hear too often that when it comes to parturition, « a shot of oxytocin will always do the trick. » Unfortunately, it is a little bit more complicated than that. And I truly believe this drug should ONLY be used under veterinary supervision.

There are indeed some contra-indications to the use of oxytocin. One of them is what we call “fetal malposition” (a fetus that is not correctly placed in the genital tract at the time of parturition), especially something we call transverse position (find out more in this blog). And this is NOT something that can be assessed just by looking at the bitch…

The dose of oxytocin administered to the bitch is also of EXTREME importance. There are many different commercial presentations. The one I recognized in the consultation room on this night was one we used in bovine medicine… And the dose that was injected to this small 3kg Yorkie was similar to what we would have administered… to a 600kg cow !

When very high doses are injected, two things can happen :

– «  best »  case scenario, it will saturate all the oxytocin receptors the uterus contains : it will cause what we call a spastic contraction. Basically, the uterus contracts in an uncoordinated way, which cannot lead to fetal expulsion.

– worst case scenario : it induces a very very strong contraction… which can, if there is an obstacle, lead to a rupture… of a puppy in a case of malposition… or even worse, of the uterus itself. Something NOBODY wants, for sure.

That’s probably what happened here…

It was indeed a puppy’s intestinal loop that I could see hanging out from the vulva… I was able to manually extract the puppy that was obstructing the birth canal. It was certainly dead for a while. There were still puppies in the abdomen,  and we ended up performing a C-section that gave birth to 3 perfectly healthy newborns.

The story ends well, but I still believe the outcome would have been even better if oxytocin had not been used blindly in this case. Don’t get me wrong, oxytocin is a great drug that helps a lot in veterinary obstetrics. But again, I believe it should ONLY be used under veterinary supervision. When used blindly – and I know this is done still too often – , no doubt that the consequences can be terrible…


oxytocinblog

🇬🇧 Read in English 🇫🇷 Lire en Français

Il y a très longtemps, dans un pays éloigné…

Je ne garde pas de bons souvenirs de mes nuits de garde d’urgence en clinique vétérinaire. L’on sait qu’à tout moment, un cas peut surgir de nulle part. Quand on essaie de s’endormir, notre sommeil est sans cesse entrecoupé et l’on se réveille régulièrement en sursaut, en se demandant si ce n’est pas la sonnette de la porte d’entrée que l’on vient d’entendre retentir. Et quand finalement le sommeil nous gagne, celui-ci reste peuplé de rêves… de consultations d’urgence. Le travail est important, mais le stress qui y est associé est bel et bien une réalité…

Et c’est arrivé au milieu d’une de ces nuits agitées. La sonnette de la porte d’entrée me tira de cette torpeur étrange dans laquelle je flottais. Un coup d’oeil rapide à l’horloge : 2 heures du matin. Après de rapides étirements pour me remettre d’aplomb, j’enfilai à toute vitesse la blouse suspendue à côté de moi et, en deux temps trois mouvements, j’étais de retour dans la salle d’attente. Prêt à aider ce couple que je pouvais voir patienter devant la porte d’entrée via la caméra de surveillance. C’était une de ces froides nuits d’hiver, mais pourtant ils ne semblaient pas porter de manteaux. Ils avaient dû partir de chez eux en vitesse, et la réponse à mes questions se trouvait sans doute dans cette petite cage de transport qu’ils tenaient.

«  C’est une urgence, notre chien a un problème, me dirent-ils à travers l’intercomm. » Je pouvais sentir à leur voix à quel point ils étaient stressés.

Je les laissai entrer et les dirigeai immédiatement dans la salle de consultation. De la cage émergea un petit Yorkshire Terrier. Il s’agissait sans doute d’une femelle car un rapide coup d’oeil à son ventre me laissait penser qu’ « elle » était gestante.

«  Ok, dites-moi ce qui se passe. »

Ils se regardèrent brièvement et l’homme commença a m’expliquer la situation.

«  Je pense qu’elle a du mal à mettre bas. Nous croyons avoir vu des contractions cet après-midi, mais pour vous dire vrai, nous n’en sommes pas tout à fait sûr. C’est la première fois que ça nous arrive… »

Je hochai la tête pour leur faire signe que je comprenais. Il est toujours difficile, à mon avis, de savoir à quoi s’attendre en matière de mise-bas chez la chienne. Je n’étais pour le coup pas surpris. S’ils n’avaient jamais vécu de mise-bas auparavant, je comprenais qu’ils soient un peu perdus.

Alors que je me penchai pour chercher un gant, je jetai un rapide coup d’oeil à la région génitale de la chienne… et m’arrêtai immédiatement. De ce que je pouvais voir derrière la queue de l’animal, quelque chose clochait terriblement… La forme de la vulve était… bizarre ?!?!? Elle avait l’air plutôt gonflé, et ce rose… me semblait là encore plutôt anormal ??? Je clignais des yeux deux fois (peut-être n’étais-je pas complètement réveillé, peut-être était-ce un de ces rêves que je mentionnais un peu plus tôt…). Mais non. J’étais bel et bien dans le monde réel. Et aucun doute : il y avait là quelque chose d’anormal !

Les propriétaires n’avaient sans doute pas remarqué mon changement d’attitude, car ils continuaient à parler.

«  Nous étions si inquiets que nous avons appelé un ami… Il nous a donné ça… et nous a dit de lui administrer 1cc en sous-cutané. Ça devait aider mais visiblement ça n’a rien fait… »

Je me retournai vers eux, toujours troublé par ce que j’avais entrevu. Dans leurs mains, ils tenaient une petite fiole avec laquelle j’étais bien trop coutumier pour ne pas la reconnaitre immédiatement. Tout devint limpide quand ces caractères se dessinèrent devant mes yeux : O.C.Y.T.O.C.I.N.E. Ce que j’avais vu, ce n’était probablement PAS la vulve. Il y avait malheureusement de bonnes chances que ce « quelque chose » appartienne à un chiot. Un organe interne sans doute…

Explication rapide : l’ocytocine est une hormone qui joue un rôle dans les contractions utérines au moment de la mise-bas. C’est quelque chose que nous vétérinaires avons dans notre arsenal thérapeutique en matière d’obstétrique. J’entends encore trop souvent dire, quand on me parle de mise-bas, qu’ « une injection d’ocytocine et le tour est joué. » Malheureusement, c’est un peu plus compliqué… Et je reste persuadé d’une chose : sans contrôle vétérinaire préalable, ce médicament ne devrait JAMAIS être utilisé.

Il y a en effet des contre-indications à l’utilisation de l’ocytocine. Une d’entre elle est ce que l’on appelle « malposition foetale » (= le foetus n’est pas en position normale dans les voies génitales au moment de la mise-bas), en particulier en ce qui concerne une position transverse (plus d’infos dans ce blog ici). Et ce n’est malheureusement pas quelque chose qui peut être détecté, juste en regardant visuellement la chienne…

La dose d’ocytocine administrée à la chienne joue aussi une TRES GRANDE importance. Il y a tellement de présentations commerciales différentes… Celle que j’ai reconnue ce soir là dans la salle de consultation, nous l’utilisions généralement en médecine bovine à l’époque… Et la dose qui avait été injectée à ce petit York de 3kg était équivalente à ce que nous aurions donné… à une vache qui en pèserait 600 !

Quand de trop fortes doses sont injectées, deux choses peuvent survenir :

– dans le « meilleur » des cas, tous les récepteurs à ocytocine de l’utérus seront saturés : s’en suivra ce que l’on appelle une contraction spasmodique. Pour faire simple, les contractions utérines perdent toute coordination, ce qui ne peut conduire à l’expulsion des chiots.

– pire scénario possible : cela conduit à une contraction très puissante… qui peut conduire,  si un obstacle est présent, à une rupture…d’un chiot dans le cas d’une malposition… ou pire encore, de l’utérus. Quelque chose que personne ne souhaite, pour sûr !

C’est sans doute ce qui s’est produit ici…

Il s’agissait en effet d’une anse intestinale que je pouvais voir ressortant de la vulve… Le chiot a qui elle appartenait était sans doute mort depuis un moment… Dans ce cas présent, j’ai été capable de l’extraire manuellement : il obstruait bel et bien le canal vaginal. Il y avait encore des chiots dans l’abdomen de la chienne, et nous avons fini par réaliser une césarienne, qui donna naissance à 3 nouveau-nés en parfaite santé.

L’histoire se finit bien, mais je ne peux m’empêcher de penser que celle-ci aurait pu finir encore mieux si l’ocytocine n’avait pas été utiliser ici à l’aveugle. Comprenons-nous bien, c’est un médicament qui présente toujours un énorme intérêt en obstétrique vétérinaire.  Mais quand il est utilisé à l’aveugle sans contrôle vétérinaire – et je sais que cela se produit encore trop souvent – on peut parfois le payer trés cher…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s